BAGNOLS/CÈZE Avoir toujours ses proches près de soi grâce à la « Boule d’amour »

par  Marie Meunier | Objectif Gard


Karine Jambou travaille véritablement depuis deux ans sur le développement commercial de sa "Boule d'amour". Une idée qui lui ait apparu il y a six ans, alors atteinte d'un cancer du système lymphatique de stade 4. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Il y a six ans, Karine Jambou apprenait qu’elle était atteinte d’un cancer du système lymphatique de stade 4. Elle s’est toujours dit que si cinq ans plus tard, il n’y avait pas de signe de rechute, elle lancerait son projet de "Boule d’amour", qui l’a tant aidée en chimiothérapie.

Bagnolaise depuis toujours, Karine Jambou a développé dans une première vie professionnelle la puériculture et les jouets dans sa ville natale. Sous sa gouverne, ce sont créés New Baby, Orchestra ou encore King Jouet : « J’ai donné beaucoup d’énergie pour ces beaux projets, pour que les mamans aient tout ce dont elles ont besoin au moment où elles reçoivent le plus beau cadeau de leur vie ». 

Elle a beau aimer son métier, Karine ressent d’importants signes de fatigue. Le jour de ses 40 ans, elle organise une grande fête avec ses proches et leur dit combien elle tient à eux, malgré son emploi du temps très prenant. Quelques mois plus tard, on lui détecte un cancer du système lymphatique de stade 4, le stade le plus avancé.

Un véritable électrochoc pour cette hyperactive stoppée en plein vol. « Au début, je réfléchissais à comment dire au revoir… », confie-t-elle. Un traitement très lourd l’attend pour guérir, notamment de la chimiothérapie toutes les deux semaines pendant un an. C’est là, qu’elle a une idée : « J’ai demandé à ma sœur de m’aider à réaliser ma "Boule d’amour". Chacun de mes proches a donné un bout de tissu sur lequel ils ont écrit un message pour les sentir près de moi pendant la chimio, sans les obliger à être là physiquement. »

Un cadeau idéal pour soutenir un proche malade ou pour un mariage, une naissance…

Une attention qui a beaucoup aidé Karine Jambou à traverser cette épreuve. Les autres malades la trouvaient tellement radieuse que certains la surnommaient « le phare des marins » : « Ça a été tellement bon de recevoir tous ces messages. C’était une véritable passerelle entre mes proches et moi. » Un an plus tard, la maladie est partie. « Le médecin m’a dit que si cinq ans après, je n’ai pas de nouvelle manifestation du cancer, on pourra considérer que je suis guérie. Alors je me suis dit que si j’étais guérie, cinq ans plus tard, je mettrais toute mon énergie à mettre en place mon concept de "Boule d’amour" pour que chacun reçoive ce que j’ai reçu. »

C’est désormais chose faite depuis une semaine. La "Boule d’amour" prend la forme d’une bourse en polaire à laquelle on peut accrocher des feuilles en tissu, avec un message personnalisé (75 caractères sur chaque feuille). Soit directement inscrit, soit ajouté à la main au feutre textile. À l’intérieur de la bourse, il faut mettre un objet auquel la personne tient : le doudou de son enfance, un maillot de football…

La "Boule d'amour" est composée d'une bourse en polaire à laquelle peuvent être attachés des feuilles en tissu, estampillées des messages d'amour de vos proches. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Soit la personne s’offre une "Boule d’amour" et demande à ses proches d’inscrire leur message, soit un proche peut directement acheter la Boule et recueillir les messages pour faire la surprise. Elle peut s’offrir pour soutenir une personne malade ou dans une phase compliquée mais aussi pour une naissance, un mariage ou autre occasion festive. « On a les SMS, les portables mais ce n’est rien de palpable. Là, c’est comme un doudou qu’on peut serrer », conclut Karine Jambou. À l'heure de la distanciation physique imposée, il est vrai que le besoin de contact physique peut d'autant plus manquer.

Marie Meunier

Vous pouvez trouver plus d’informations et commander une « Boule d’amour » pour 59,90 € (prix hors feuilles) sur le site Internet : bouledamour.com. Karine Jambou est aussi présente à « L’atelier Juka », avenue Paul-Langevin, à Bagnols/Cèze.

Source : Objectif Gard

Produits associés